Visite Street Art - Quartier Gare de Strasbourg

Une balade de 1 h 30 du quartier de la gare jusqu’à la rue du Jeu-des-enfants, ça vous tente ? Véritable vitrine de l’art urbain strasbourgeois, cette partie de la capitale européenne regorge d’œuvres en tout genre : collages, peintures, graffitis, tags, installations… réalisées par divers artistes, locaux et internationaux. Longtemps réputé pour son patrimoine, Strasbourg assume petit à petit son esprit transgressif.

SUIVEZ LE GUIDE
On commence ce parcours devant le M.U.R., cimaise à ciel ouvert située au 3, rue de Sarre-Louis.

Engagez-vous ensuite dans la petite rue des Magasins pour rejoindre le boulevard du Président-Wilson. À l’intersection, à gauche toute jusqu’au 26-28 pour découvrir "Open Your Eyes", œuvre de Dan23, puis la peinture "Timbrés!" de Williann sur une boîte aux lettres au début de la rue des Halles. De retour sur le boulevard du Président-Wilson, continuez en direction de la gare pour apercevoir, sur votre gauche, l’oiseau peint par Dan23 sur une armoire électrique.


À partir du croisement, empruntez la rue Kageneck puis la rue du Feu (à gauche) pour y dénicher une petite mosaïque représentant la fleur du jeu vidéo Mario Bros. Revenez rue Kageneck pour repérer sur la façade de la mairie de quartier située au n°33 la fresque Kiss signée Piscologik. Faites le tour : sur chaque face du bâtiment se dévoile une œuvre : la Geisha de Stew côté place Karl-Ferdinand-Braun ou encore la fresque poétique de RensOne à l’arrière, rue du Marais-Kageneck.
Continuez jusqu’au croisement avec la rue Kuhn pour y découvrir la girafe de Dan23.


Tournez à droite sur la rue Kuhn en direction la gare. Arrivé sur la place de la Gare, repérez le conteneur à verre d’Eras et Arsek situé à deux pas de l’arrêt de tram. De l’autre côté, au niveau de la station de taxi, retrouvez le coffret hommage à Star Wars réalisé par Dan23.

Prochaine étape : la rue Deserte et la façade du restaurant Abyssiniaa aux couleurs de Dan23 (n°8). Au prochain carrefour, tournez à gauche dans la petite rue de la Course : l’hôtel Graffalgar accueille les collages de Charles Levalet ainsi qu’une fresque réalisée par plusieurs artistes locaux. En face, l’éléphant géant "Hip Hop G.O.D" de Jaek vous embarque dans son univers hip-hop, tandis que la devanture de la Ruche aux deux reines signée Delphine Harrer vous ouvre les portes d’un cirque avec ses personnages atypiques. Au croisement, engagez-vous dans la rue de la Course (à droite) pour jeter un œil aux formes abstraites de Pro176.

Revenez sur vos pas (petite rue de la Course) et continuez en direction de la rue Saint-Michel : après avoir croisé le chat de ZouzD, marquez un temps d’arrêt devant la fresque de Yeah ! avant de pousser jusqu’à la rue Sainte-Marguerite pour une petite visite à celle de Missy, Le Perroquet.


Repartez en direction du centre-ville via la rue Sainte-Marguerite en longeant les quais Charles-Altorffer et Saint-Jean. À l’embouchure des rues de la Course et du Maire-Kuss, repérez respectivement deux armoires électriques aux couleurs de Dan23 et une boîte aux lettres relookée par ZouzD. Traversez le canal des Faux-remparts en suivant la rue du Maire-Kuss puis rayonnez aux alentours de la place Saint-Pierre-le-Vieux : des œuvres signées Eras et Arsek (conteneur à verre) et Dan23 vous y attendent, sans oublier l’incontournable chat jaune de M. Chat, à retrouver sur la façade de l’épicerie, face à l’arrêt de tram Vieux-marché-aux-vins.

Terminez cette balade en remontant la rue du Jeu-des-enfants, rue piétonne prise d’assaut par les street artistes (Céline Clément, Piscologik, Black & White Zulus, Williann, Maison Magique ou encore Le Studiographe, parmi d'autres) : entre peintures, installations et collages, prenez le temps de vous immerger au sein de cet univers poétique et coloré.

EN MARGE DE LA BALADE :

Street Art augmenté
Entre la rue du Jeu-des-enfants et le MAMCS se cachent 10 œuvres issues d’une collab’ entre RADAR, MNSTR et le collectif Les Francs Colleurs. Grâce à l’appli « app Francs Colleurs », 10 affiches en forme de gouttes japonaises s’animent en réalité augmentée !

Un zoo de papier
La rue du Jeu-des-enfants est le terrain de jeu de l’illustratrice et sérigraphe Céline Clément. Ses œuvres, collages in situ de sérigraphies, tirées sur papier affiche, conçues et installées par l’artiste strasbourgeoise, rendent hommage au monde animal.

Monsieur Chat
Pour la petite histoire, l’épicerie située aux abords de l’arrêt de tram du Vieux-marché-aux-vins a été rebaptisée ainsi depuis que Monsieur Chat a laissé une trace de son passage. Si Strasbourg compte une œuvre de l’un des graffeurs les plus connus de France, on le doit à la propriétaire de cette épicerie. Depuis, elle a réalisé des travaux pour protéger le mur, support de l’œuvre, dans une vitrine. Il faut dire que certaines œuvres de Monsieur Chat sont estimées à plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d’euros…

POUR ALLER PLUS LOIN

Si vous n’êtes toujours pas rassasiés, d’autres coins de la capitale européenne sont riches d’œuvres de street art !

Le quartier de la Laiterie
Historiquement, le quartier de la Laiterie est l’un des premiers à avoir été investi par les street artistes et les graffeurs. Vivier événementiel, il accueille plusieurs salles de concert et spectacles, et accueille de nombreuses œuvres réparties sur la rue du Hohwald, la rue du Ban-de-la-roche, le boulevard de Lyon jusqu'à la rue d'Obernai.

Parmi celles-ci, Milkscape, réalisée en 1996 par « La Force Alphabétik Productions » devant la Laiterie, salle de concerts emblématique de la ville située rue du Hohwald, est une œuvre mythique et monumentale de Strasbourg.

Au 17, rue d'Obernai, à quelques pas de l'arrêt de tram Musée d'Art Moderne, la fresque signée Cust & Mice en 1995 sur toute la façade d’un immeuble, est l’une des œuvres les plus anciennes de la ville.

Le MAMCS

Grande institution culturelle de Strasbourg, le MAMCS, place Hans-Jean-Arp, accueille quotidiennement sur son parvis des acteurs de la scène urbaine : skateurs, danseurs, street artists.

L’année 2018 a été marquée par les 20 ans du MAMCS. À cette occasion, l’institution a invité le collectif FAILE à investir ses façades. Le résultat ? Une vaste et unique fresque de 1 000 m2 aux influences croisées, de l’art de l’ornement au pop art en passant par la recherche typographique et l’influence des fanzines et des comic strips américains. Intitulé From The Air We Share, ce poème graphique, constitue la trame d’un récit épique, dans lequel apparaissent en filigrane des « figures » liées à l’histoire et à la culture strasbourgeoises.
Aux abords du musée, en longeant le bâtiment au bord de l’eau, il est également possible de découvrir la fresque collaborative de Pro176, Salamech et Jaek, réalisée dans le cadre du week-end inaugural des 20 ans du MAMCS.

 

Texte : Emilie Vauban
Mars 2019