Visite Street Art - Quartier Européen

Découvrez la Visite Street Art - Quartier Européen au travers de 12 oeuvres réalisées par des artistes aux horizons divers.

Partez à la découverte du quartier européen à Strasbourg, au travers de 12 oeuvres réalisées par des artistes locaux, nationaux et internationaux. La plupart des oeuvres que vous allez découvrir ont été réalisées dans le cadre de COLORS City, organisé dans le cadre de la Fête de l'Europe 2021, à l'initiative de du collectif d’Art Urbain Contemporain et de Graffiti, COLORS Urban Art powered by Socomec, et du NL Contest.

Le point de départ du parcours se situe devant le Lieu d'Europe.

>>> 1ère oeuvre : Coq Franco-Allemand par Jean Linnhoff

Angle de l'allée René Cassin et de l'allée des Droits de l’Homme

Cette peinture a été réalisée par l'artiste colmarien Jean Linnhoff dans le cadre de COLORS City 2021. 

Sur le coffret électrique, proche des institutions européennes, l'artiste a voulu symboliser l'amitié franco-allemande. Jean Linnhoff choisi de réaliser le coq français portant une crête teintée aux couleurs des deux nations, tel un supporter.

Jean Linnhoff, est un illustrateur de métier, travaille maintenant principalement sur la réalisation de peintures murales à la bombe aérosol. Il s’adapte à tous types de commandes dans des styles graphiques divers mais sa spécialité reste la représentation de personnages et créatures fantastiques ainsi que les portraits. 
En se dirigeant vers l'allée René Cassin, vous trouverez la deuxième oeuvre sur votre droite.

>>> 2e oeuvre : One Nation Under A Groove par Wos One

ONE NATION UNDER A GROOVE PAR WOS ONE

Allée René Cassin

Cette peinture a été réalisée par l'artiste allemand Wos One dans le cadre de COLORS City 2021. 

En tant graffeur et DJ funk/rap, Wos a souhaité. combiner les arts du graffiti et de la musique dans son oeuvre. L'idée est donc venue de créer une boîte à musique avec des stickers sur lesquels sont collées différentes citations de chansons funk. "Le titre One nation under a groove montre que nous sommes tous les mêmes, quelle que soit notre nationalité ou la couleur de notre peau." explique l'artiste allemand, originaire de Offenburg. Avec lui, c'est une réelle immersion dans l’essence du graffiti pur et dur et la culture hip hop.

Wos One travaille principalement le lettrage avec des lettres très droites, beaucoup de dynamisme et de couleurs. Pour la petite histoire, il travaille chez Molotow Europe : une entreprise qui créée des feutres et bombes de peinture. Il est  membre du 196crew et du El cartel crew.

Wos One a été invité par  COLORS Urban Art dans le cadre d’une coopération trans-frontalière avec l'événement Double Trouble Graffiti Jam.

Vous pouvez ensuite traverser le Pont Germain Muller et faire quelques pas sur le Boulevard Pierre Pfimlin pour trouver la troisième oeuvre. 

>>> 3e oeuvre : Cumul par Edouard Blum

Angle du Boulevard Pierre Pfimlin et de la rue Pierre de Coubertin

Cette peinture a été réalisée par l'artiste mulhousien Edouard Blum dans le cadre de COLORS City 2021. 
L'artiste alsacien, qui a débuté le dessin à l'âge de 14 ans, a pendant longtemps travaillé les formes et de mouvement de la lettre avant d'évoluer vers une pratique plus illustrative, qui lui permet d’exprimer au mieux son ressenti. Cette oeuvre, qui dévoile une volonté constante de renouvellement est une ôde à la rêverie, comme le décrit l'artiste "La rêverie n'est jamais finie". 
Pour découvrir la 4e oeuvre, continuez sur le Boulevard Pierre Pfimlin jusqu'au gymnase Menora.

>>> 4e oeuvre : We Are All Different But One In The Same par Stom500 et Hoker 


Gymnase Menora

Cette peinture a été réalisée par Stom500 (France) et Hoker (Allemagne) dans le cadre de COLORS City 2021. 

À l'image de la coopération trans-frontalière, l'artiste alsacien Stom500 et l'allemand Hoker se sont associés pour réaliser une fresque commune autour de l'Europe. Hoker y a apposé le travail de lettrage (message de paix et d'union), tandis que Stom500 a quant a lui peint les éléments illustratifs (les 12 oiseaux représentant les 12 étoiles du drapeau européen sur une branche d'olivier).

Hoker, Steffen Mumm de son vrai nom, est un artiste allemand qui a fait ses débuts dans la rue, comme beaucoup de graffeurs. Son travail actuel est un équilibre créatif entre la calligraphie et l’illustration : une combinaison efficace « là où se termine le texte clair et rigoureux, l'abstrait et le libre de l'illustration peuvent commencer et briller » explique-t-il. Depuis 2004, il travaille à l'international avec des artistes et des clients tels qu’Adidas ou encore BMW. 

Stom500, est un artiste alsacien qu'on ne présente plus ! Graphiste, illustrateur professionnel et graffeur, il appose dans l'espace public et sur ses toiles sont univers délirant et humoristique nourri de l'énergie euphorique des dessins animés. Il utilise des médiums et des styles divers avec une prédilection pour les thèmes animaux qui, sous le vernis de l'amusement, portent un message pertinent, souvent humaniste ou écologique à l’image de ses iconiques abeilles ou encore le corbeau et le renard inspirés des fables de La Fontaine. Stom500 est également le Directeur artistique du festival COLORS Urban Art Festival. Enfin, il a réalisé des oeuvres un peu partout dans le monde, côtoyé les artistes les plus renommés et fait rayonner l’Alsace bien au-delà des frontières.

À savoir : 
Stom500 a réalisé la première oeuvre dans le cadre de Colors City, Les trois brigands devant le musée Tomi Ungerer en hommage au célèbre illustrateur ainsi que l'une des fresques les plus imposantes de l'Eurométropole, Tropical Marais, dans le quartier du Marais avec sa compère Missy. Deux oeuvres à découvrir !

Pour découvrir l'oeuvre suivante, continuez jusqu'au début du pont Pont Joseph Bech.

>>> 5e oeuvre : Light Motif par Tim Marsh

Rue Lucien Febvre

Cette oeuvre a été réalisée par Tim March dans le cadre de COLORS - OFF du NL Contest 2018. 

À travers cette peinture, l’artiste a souhaité montrer un coté de son travail consistant à remplir des surfaces de motifs, colorés, ou non.

Tim Marsh est un artiste français, passionné de cultures urbaines et très impliqué dans le monde du roller. Il a été créateur de tendances pour les marques de prêt-à-porter, et a dirigé la section mode de Snatch Magazine pendant plusieurs années.

 Ses réalisations distillent une notion scénographique considérant une palette de couleurs rétros, qu’il exprime à la bombe, peinture et Posca.

On retient de ses compositions la mixité et la pluralité des techniques, révélant le motif par des utilisations de matériaux et médiums spécifiques comme le scotch, les pochoirs et godets pour les plus récurrents.

Il s’est passionné pour le lightpainting (technique visuelle de prise de vue photographique fondée sur la captation de la lumière, peu importe sa forme et son intensité) et travaille avec de grandes marques telles L’Oréal, Smart Cars, Kenzo...

Il est exposé en France, à Malte ainsi qu'à Paris et vit/travaille désormais entre Paris et Barcelone, où il développe sans cesse ses expérimentations et recherches.

Pour découvrir l'oeuvre suivante, continuez de quelques mètres sur le Pont Joseph Bech.

>>> 6e oeuvre : L'européen par Stork

Pont Joseph Bech

Cette mosaïque a été réalisée par l'incontournable Stork. Avec son titre évocateur "L'européen", l'artiste rend hommage à l'Europe, à quelques pas du Parlement Européen. 

Si vous êtes de Strasbourg, il est quasiment impossible que vous n’ayez jamais vu l’une de ces désormais célèbres cigognes. L'artiste alsacien à l'identité secrète, fan du pixel art (développé dans les années 80') s'est inspiré des mosaïques de Space Inviders pour créer son propre personnage et rendre hommage à sa ville, Strasbourg, grâce à sa désormais célèbre cigogne.

Un design simple et épuré, qui permet aux "storks" de se fondre dans un univers urbain, qui représente un terrain de jeu idéal.

Pour découvrir l'oeuvre suivante, descendez sous le le Pont Joseph Bech.

>>> 7e oeuvre :Regard au loin par Jaek El Diablo

Pont Joseph Bech

Petite aparté devant cette oeuvre de l’artiste strasbourgeois Jaek El Diablo intitulée "Regard au loin". Il s'agit d'une commande de la VNF (Voies navigables de France).

Il s'agit d'une fresque sur le thème de la navigation et de l'Europe sur laquelle nous retrouvons de nombreuses références distillées par Jaek El Diablo tout du long. Elle est composée de lettrages et d'illustrations.

Jaek El Diablo est l'un des
 acteurs les plus influents de la culture hip hop à Strasbourg. Il oeuvre depuis plus de 20 ans dans le milieu du graffiti, organise la Block Party et de nombreuses soirées hip hop et a notamment lancé sa marque de vêtements, "Vicius".

Son style est reconnaissable entre mille : patchworks de styles, de messages et d’idées : Jaek restitue des ensembles où cohérence et esthétique priment.

Son inspiration se nourrit des graphismes et typographies issus de ce qu’on aurait pu auparavant qualifier de contre culture. Dans sa frénésie de récupération, presque tout y passe. Des dessins animés aux jeux vidéo en passant par les pochettes de disque ou les affiches de film. "Tout comme le Hip Hop remixe le son, ou les films de Tarantino mélangent les genres, je m’amuse à sampler, mixer, scratcher des références culturelles qui me sont chères afin d’exprimer mon propre style graphique." La culture Hip Hop, le skate et son héritage rock sont une base d’inspiration importante pour Jaek El Diablo, il a spontanément éprouvé un sentiment d’appartenance envers ces mouvements urbains.

Son travail s’approprie et détourne des styles, des codes et des icônes auxquels il rend hommage avec dérision et subversion. Il n’y a aucun désir d’élitisme dans sa démarche, il s’adresse à un large public.

Pour découvrir l'oeuvre suivante, réalisée par Jaek El Diablo également, remontez sur le Pont Joseph Bech et traversez la rue pour vous rentre devant le parking. 

>>> 8e oeuvre : Rats and cats goes to the parliament par Jaek El Diablo

Pont Joseph Bech

Cette oeuvre a été réalisée par Jaek El Diablo dans le cadre de COLORS City 2021. 

Il s'agit d'un coffret électrique, orné par des un chat et un rat aux styles hip hop. Des personnages imaginés par l'artiste strasbourgeois, qui font sa signature. 

Pour découvrir l'oeuvre suivante, traversez la rue et continuez sur le Boulevard de Dresde, jusqu'au coffret électrique situé devant le numéro 16. 

>>> 9e oeuvre : Family Réunion par Dan 23

Boulevard de Dresde

Cette oeuvre a été réalisée par Dan 23 dans le cadre de COLORS City 2021.

Dan 23 a réalisé cette peinture avec mon fils sur une thématique visant à décrire la solution de nos océans, qui ont perdus 90% des grands poissons depuis les années 50 et comptent des déchets plastiques 10 fois supérieurs au plancton.

On ne présente plus Dan23 ! Il est l’un des artistes les plus connus de la ville et a peint de nombreuses oeuvres dans les rues de la capitale alsacienne et bien au-delà.

Pendant longtemps, il a représenté des icônes (série d’oeuvres « CES HEROS »), qui l’a fait connaitre.
 Depuis, son travail a beaucoup évolué : désormais il ne peint plus des artistes, mais des animaux en voie d’extinction pour interpeller son public au à l'urgence climatique ainsi qu'à la destruction de la faune et la flore.

Pour découvrir l'oeuvre suivante, continuez sur le Boulevard de Dresde, jusqu'à l'allée des Açores, et plus précisément au coffret électrique situé devant le numéro 2. 

>>> 10e oeuvre : Emesa's box par Emesa

Allée des Açores

Cette oeuvre a été réalisée par Emesa dans le cadre de COLORS City 2021. 

Emesa (prononcé MSA), Marija Silvija Ambraz de son vrai nom est une artiste de 26 ans, originaire de Lituanie et qui a grandi à Londres. Elle vit désormais à Karlsruhe.

Invitée dans le cadre de l’échange franco-allemand, avec l'événement Double Trouble Graffiti Jam, elle a réalisé une oeuvre à l'image de son style : un coffret orné de deux visages féminins (qu'on pourrait confondre avec le sien), agrémenté de beaucoup de couleurs. 

Emesa est une artiste passionnée et de talent, qui vit son art de manière sauvage. Elle produit des oeuvres sur des toiles, des murs... et même sur la peau.

Pour découvrir l'oeuvre suivante, continuez jusqu'à la Place Adrien Zeller.

>>> 11e oeuvre : Voir tout en noir par The Blind

Place Adrien Zeller

Cette oeuvre a été réalisée par The Blind dans le cadre de COLORS City 2021.

Ici, The Blind a réalisé un travail autour de différentes typographiques dédiées aux aveugles. L’une s’appelant le « Moon » créé en 1845 en Angleterre par William Moon ressemblant aux Runes et au Braille plus connu du grand public.

The blind s’est amusé avec la couleur, les textures, les coulures en référence à sa passion du graffiti. On peut y lire en Moon "The blind vous en fait voir de toutes les couleurs" et en braille "voir tout en noir" en référence à ce que vivent les personnes aveugles.

The Blind est un artiste nantais qui fait partie du Collectif 100 Pression depuis 2003. Il est l’inventeur du graffiti pour les personnes aveugles et malvoyantes : un concept artistique novateur qui consiste à rendre l’art urbain accessible à tous.

Pour cela, il a imaginé des demi-sphères en plâtre de toutes tailles, qu'il colle sur des marques déposées en amont à l’aide d’un pochoir et d’une bombe de peinture et placées les unes à côté des autres, pour former des messages en braille.

Son travail prend en compte deux dimension : le lieu et le message.Tous deux se croisent à travers le travail de The Blind, le message apposé est toujours en lien avec le lieu dans lequel il est réalisé.

Pour découvrir l'oeuvre suivante, retournez-vous pour découvrir le coffret électrique réalisé par Salamech. 

>>> 12e oeuvre : Double Bob par Salamech

Place Adrien Zeller

Cette oeuvre a été réalisée par Salamech dans le cadre de COLORS - OFF du NL Contest 2018. E

Ici, Salamech a réalisé une interprétation du personnage de dessin animé "Bob l'éponge" dans deux états émotionnels contraires, mis en avant par deux lettrages : "Love" du côté où il est content et "Hate" du côté où il est énervé.

Bercé par les cultures urbaines et nourri d’une pratique de graffiti intensive, Salamech propose un univers qui prend vie au gré de l’énergie citadine.

Spécialiste de la rue, il pose un regard attentif et décalé sur son environnement. Il puise son inspiration dans le quotidien et confronte son ressenti à un imaginaire collectif et nostalgique.

Affiches lacérées, rideaux métalliques, panneaux d’affichage publicitaire, l’utilisation de supports inattendus est au cœur de sa création. Il transforme cette matière urbaine en œuvres où il manipule textes, lettrages et iconographies populaires contemporaines.

Entre mots et matériaux, couleurs et superpositions, l’artiste nous plonge dans un dialogue où signes et empreintes de la ville se mêlent à une poésie de l’instant.