Crédits photo : ALIX HÄFNER
InstallationEchelle céleste
Par
  • Annie Greiner
2018/04 - 2 place de la Republique

Cette sculpture est aussi  un signe de cette "toujours même tension entre ciel et terre", et de ce combat éternel qui cherche "à donner un sens à l'histoire, en tant qu'histoire de l'être humain en quête de son humanité" A. Greiner

Avec vue sur la Cathédrale, dont la flèche s'aligne dans la perspective de L'Echelle céleste, cette œuvre en granit blanc est un hommage d'Annie Greiner au philosophe tchèque Jan Patocka, interdit d'enseigner et de publier, et qui mourut au terme d'interrogatoires policiers en 1977. Comme l'artiste le stipule elle-même, le sens de l'œuvre ne réside pas dans une quelconque naïve quête mystique. Là où l'on voudrait gravir les barreaux d'une échelle vers la lumière, il n'y a en réalité que l'empreinte des barres à mine qui ont fait éclater la pierre.

Expression d’un conflit infini "entre ciel et terre", comme décrit par le philosophe, conflit qui renaît sans cesse sous des formes différentes, sous la figure de la guerre par exemple – de la "liberté sauvage qui envahit les Etats".

Echelle céleste se livre [selon l’artiste] comme un geste de "vigilance qui rassemble tous les modes d'être de la veille et de l'attente, de la garde et de l'écoute, de l'appel et de l’accueil...

Du même artiste : voir également dans les Jardins du Palais du Rhin Le Guetteur.

Palais du Rhin, 2 Place de la République, 67000 Strasbourg, France Itinéraire

À découvrir également